Comité Départemental des Pêches Maritimes et des Elevages Marins du Morbihan

Les aires marines protégées

Une aire marine protégée est une zone intertidale (ou subtidale) d’un terrain, associée à la colonne d’eau qui la recouvre, sa faune, sa flore, ainsi que ses particularités historiques et culturelles, qui a été réservée par la loi pour protéger son environnement. Comme aire marine, on peut citer les réserves naturelles maritimes, les arrêtés de biotopes, les parcs naturels marins, les zones Natura 2000 en mer… La coordination de ces espaces est assurée depuis 2006, par l’Agence des aires marines protégées, basée à Brest, sous la tutelle du ministère chargé de l’Environnement. Le Grenelle de la mer, lancé en 2009, a donné une impulsion décisive au développement des aires marines protégées. L’objectif de la France est de porter leur superficie à 20% des zones maritimes et littorales d’ici 2020, dont la moitié en réserves ou cantonnements de pêche. C’est dans le cadre de cette politique qu’ont été créés plusieurs parcs marins ces dernières années, en métropole et en outre-mer. Cette ambition nationale en faveur des aires marines protégées trouve sa déclinaison dans le Morbihan avec la présence de sites Natura 2000, un Schéma de mise en valeur de la mer et un projet de parc naturel marin. Les pêcheurs professionnels du département sont également concernés par certaines « zones marines de conservation » britanniques.

Les sites Natura 2000

Le réseau Natura 2000 est un ensemble de sites naturels européens, marins et terrestres, constitués d'habitats et/ou d'espèces animales et végétales à protéger. La politique européenne pour mettre en place ce réseau s'appuie sur l'application des directives Oiseaux et Habitats, adoptées respectivement en 1979 et 1992 afin de donner aux États membres de l’UE un cadre commun d'intervention en faveur de la préservation des espèces et des milieux naturels. C'est donc la réunion de ces deux directives qui permet la création d’un site Natura 2000.

Le réseau Natura 2000 est constitué de deux types de sites :

  • Les Zones de Protection Spéciale (ZPS), consacrées à la préservation des oiseaux en application de la directive « Oiseaux »
  • Les Zones Spéciales de Conservation (ZSC) consacrées à la protection des habitats et des espèces (faune et flore) dits d’intérêt communautaire, en application de la directive « Habitats- Faune-Flore ».


Au 1er janvier 2015, la Bretagne comptait 86 sites Natura 2000, dont 58 au titre de la directive « Habitats, faune, flore » (ZSC) et 28 au titre de la directive « Oiseaux » (ZPS). Pour chaque site Natura 2000, un opérateur est désigné pour rédiger un Document d’Objectifs (DoCOB) qui définira les mesures de gestion à mettre en œuvre. Cette phase de rédaction est suivie d’une phase d’animation du site où ces mesures de gestion sont mises en application.
Les sites Natura 2000 dans le Morbihan.

La directive «  habitats »

En Bretagne, sept habitats sont reconnus d’intérêt communautaire :

  • Les bancs de sable à faible couverture d’eau permanente : cela comprend notamment certains bancs de maërl et herbiers à zostères
  • Les récifs : ces habitats regroupent l’ensemble des fonds rocheux, dont certains sont soumis au jeu des marées (forêts de laminaires, champs de blocs, …)
  • Les grandes criques et les baies peu profondes : vasières, bancs de maërl
  • Estrans sableux qui abritent des herbiers de zostères
  • Les grottes marines
  • Les estuaires
  • Les lagunes côtières


La directive «Habitats» prévoit aussi la protection de 8 espèces marines en Bretagne :

  • Le grand dauphin
  • Le phoque veau marin
  • Le phoque gris
  • Le marsouin
  • La loutre
  • L’alose
  • La lamproie
  • Le saumon Atlantique

La directive « oiseaux »

Cette protection s'applique aussi bien aux oiseaux eux-mêmes qu'à leurs nids, leurs œufs et leurs habitats.
Pour les espèces d’oiseaux particulièrement menacées, les Etats membres doivent créer des zones de protection spéciale.

En savoir plus
Les sites Natura 2000 ayant un périmètre côtier dans le Morbihan :

  • Rivière de la Laita, pointe du Talud, étangs du Loc’h et de Lannénec (ZSC) : DoCOB révisé en 2013  (en savoir plus)
  • Baie de Vilaine (ZPS) : l’opérateur est l’Institut d’aménagement de la Vilaine. DoCOB rédigé (en savoir plus)
  • Massif dunaire de Gâvres-Quiberon et zones humides associées (ZPS et ZSC) : DoCOB rédigé en 2004. En révision pour 2014. (en savoir plus)
Les sites au titre du réseau Natura 2000 en mer :


  • Iles de Houat-Hoedic (ZPS et ZSC) : pas de DoCOB en cours (en savoir plus)
  • Belle-Île (ZSC)  : DoCOB réalisé. Opérateur du site : Communauté de Communes de Belle-île en Mer. Un partenariat avec le CDPMEM56 a été mis en place pour développer la partie « pêche professionnelle » du volet maritime. (en savoir plus)
  • Ria d’Etel (ZSC) : l’ensemble de la ria d’Etel est classé en site d’intérêt communautaire. DoCOB révisé en 2013 (en savoir plus)
  • Ile de Groix (ZSC) : DoCOB rédigé pour la partie terrestre uniquement. (en savoir plus)
  • Mor Braz (ZPS) : pas de DoCOB réalisé à ce jour (en savoir plus)
  • Rivière de Pénerf, marais de Suscinio (ZPS et ZSC) : DoCOB réalisé en 2011 (en savoir plus)
  • Golfe du Morbihan, côte Ouest de Rhuys (ZPS) : DoCOB réactualisé en 2012 (en savoir plus)

En savoir plus

 Le Schéma de Mise en Valeur de la Mer
(Golfe du Morbihan) 

Le SMVM est un document d’aménagement des zones côtières créé par la loi du 7 janvier 1983 relative à la répartition des compétences entre les communes, les départements, les régions et l’Etat. Il fixe les orientations fondamentales de protection et d’exploitation des ressources de la mer et d’aménagement littoral.
Il est élaboré sous la responsabilité de l’Etat, en concertation avec les décideurs locaux, de l’aménagement, de l’occupation et de l’usage de ce territoire maritime et littoral. Les schémas de cohérence territoriale (SCOT), les plans locaux d’urbanisme (PLU) doivent être compatibles avec les SMVM. Pour le Golfe du Morbihan, ce document a été adopté le 10 février 2006 ; il doit être révisé tous les 10 ans. Un séminaire d’évaluation a eu lieu le 23 Mai 2013 auquel était présent le CDPMEM56. A cette occasion, l’accent a particulièrement été mis sur la qualité des eaux.
Les objectifs du SMVM sont les suivants :

1. Qualité des eaux

  • Faire de l’assainissement une démarche globale
  • Poursuivre les démarches contre la pollution diffuse d’origine agricole
  • Lutter contre les pollutions marines

2. Biodiversité

  • Conserver les habitats naturels
  • Préserver les espèces faunistiques et floristiques remarquables
  • Préserver et restaurer les fonctions écologiques du territoire

3. Conchyliculture et pêches maritimes

  • Maintenir le potentiel de la production conchylicole
  • Concilier pêches maritimes et protection de la biodiversité



4. Activités nautiques et accès à la mer

  • Contenir le développement de la plaisance
  • Anticiper l’extension des autres activités de loisirs
  • Préserver les plages et les activités balnéaires
  • Améliorer la sécurité maritime

5. Urbanisme et paysages

  • Décliner les modalités d’application des lois
  • Garantir l’attrait des paysages

 Le projet de Parc Naturel Marin du MOR-BRAZ 

Depuis la loi de 2006 créant les parcs naturels marins et le Grenelle de la mer lancé en 2009, 8 parcs naturels marins ont été créés ou sont en passe de l'être (Iroise, Mayotte, Golfe du Lion, Glorieuses, Estuaires picards et mer d’Opale, Pertuis Charentais, bassin d’Arcachon et Golfe Normand-Breton).

La baie du Mor Braz a fait l'objet d'études par l'Agence des Aires Marines Protégées. Celle-ci a retenu l'intérêt d'un parc marin dans cette zone fragile et riche afin de contribuer au bon état des écosystèmes marins. Cependant aucune démarche n’a encore aujourd’hui été lancée. Le Mor Braz est déjà protégé dans sa partie est par un site Natura 2000, ainsi que par des zones d'intérêt communautaire (Marais de Guérande, Traicts du Croisic, dunes de Pen-Bron, plateau de Four, estuaire de la Vilaine, rivière de Pénerf).

Les Zones Marines de Conservation britanniques

La loi anglaise « Marine and Coastal Access Act » de 2009 prévoit la création de « Marine Conservation Zone (MCZ) » ou « Zone Marine de Conservation » en français. Sur ces sites situés dans la Zone Economique Exclusive (ZEE) britannique sont envisagées des mesures de gestion qui reviendraient à interdire la pêche au chalut de fond. Rien n’a encore été décidé formellement, mais le projet existe sur 14 zones offshores représentant 15 400 km2 (voir la carte).
La Bretagne compte 118 navires hauturiers exerçant une part de leur activité dans les eaux sous juridiction britannique. La profession peut donc avoir des inquiétudes sur le devenir de cette flottille chalutière. La flotte hauturière du port de Lorient-Keroman est particulièrement concernée par ce dossier.

Les Comités des pêches bretons et les organisations de producteurs partagent le même besoin de disposer de données fines et actualisées sur les pratiques  de pêche des flottilles concernées. Ils ont donc mis en commun leurs moyens (données de productions, cartographie SIPêche) pour qualifier et quantifier l'activité des flottilles bretonnes sur les zones de projets MCZ. Une « présentation de l'activité de la flotte bretonne dans les Zones Marines de Conservation » a été transmise par la profession à la Direction des Pêches Maritimes et de l’Aquaculture (DPMA) afin que l’administration française puisse appréhender au mieux les enjeux et préparer un argumentaire en vue des discussions qui se dérouleront à Bruxelles. Côté britannique, le JNCC (Joint Nature Conservation Comitee) a finalisé une étude d'impact des MCZ en juillet 2012. Le gouvernement britannique à désigné la 1ère tranche de MCZ en 2013. L’année 2014 sera dédiée aux discussions sur les mesures de gestion pêche dans les MCZ qui auront été retenues à l’issue de la première phase de désignation. Un calendrier suivi avec attention par toute la filière pêche en Bretagne.

TOP