Projet d’éoliennes flottantes au sud de la Bretagne : la parole aux pêcheurs professionnels

mercredi, 25 novembre 2020

Dans le cadre du débat public actuellement organisé sur le projet d’éoliennes flottantes au sud de la Bretagne, une réunion spécifiquement dédiée aux usages de la mer s’est tenue le vendredi 20 novembre en visioconférence. 120 personnes y ont participé.

A cette occasion, plusieurs pêcheurs professionnels morbihannais ont pu exprimer leurs inquiétudes et leurs attentes quant à ce projet. La parole a également été donnée aux représentants de la pêche professionnelle. Au nom du Comité Régional des Pêches Maritimes de Bretagne, Olivier Le Nézet, Président, et Julien Dubreuil, chargé de mission, ont rappelé les enjeux que représentait ce projet d’éoliennes en mer pour la filière Pêche, soulignant qu’au moins 120 bateaux exerçant tous les métiers et ciblant de nombreuses espèces travaillaient dans l’espace envisagé. Ils ont aussi insisté sur le fait que, malgré les désagréments que constitueront ces futures éoliennes, la filière Pêche a toujours « joué le jeu », en participant à l’élaboration du Document Stratégique de Façade (DSF) et à la définition d’une zone de moindre contrainte pour l’implantation des fermes d’éoliennes flottantes. Ce faisant, les structures représentant la pêche professionnelle ont activement contribué aux travaux de la Conférence Régionale Mer et Littoral (CRML).

Participer à l’ensemble de ces travaux préparatoires a permis au Comité Régional des Pêches Maritimes de Bretagne d’être d’autant plus vigilant sur la définition de la zone de moindre contrainte pour la pêche professionnelle. Une zone d’une superficie totale de 226 km² à l’intérieur de laquelle pourront être accueillis les deux futurs parcs éoliens (l’un de 250 mégawatts, le second d’un maximum de 500 mégawatts), ceux-ci n’occupant au final que 150 km². Pour le CRPMEM de Bretagne, cette zone de 226 km² est la seule qui permette de limiter l’impact des éoliennes sur l’activité de pêche ; il est donc hors de question qu’une autre zone de moindre contrainte soit définie par les promoteurs du projet. Par contre, à l’intérieur de cet espace, le CRPMEM se dit ouvert à trouver des solutions pour qu’activités de pêche et développement de l’éolien flottant cohabitent au mieux.

Après ce débat public sur les usages de la mer, les étapes suivantes concernant ce projet d’éoliennes flottantes au sud de la Bretagne seront la transmission à la Commission Particulière du Débat Public d’un cahier d’acteurs reprenant les enjeux du projet pour la pêche professionnelle, les recommandations liées à ce projet, les points de vigilance à surveiller issus des retours d’expériences en Bretagne et les modalités d’intégration optimale des activités de pêche professionnelle au sein des futurs parcs éoliens.

TOP