Game of Trawls : l’intelligence artificielle au service d’une pêche durable

jeudi, 31 janvier 2019

Le premier comité de pilotage du projet Game of Trawls s’est tenu à Lorient le jeudi 31 janvier 2019. Piloté par Ifremer, en partenariat avec l’Université de Bretagne-Sud, la société Marport France et le Comité Départemental des Pêches Maritimes et des Elevages Marins du Morbihan, ce projet vise à développer de nouvelles technologies à même d’améliorer de façon active la sélectivité des engins de pêche.

S’appuyant sur un jeu de mots avec une série télévisée bien connue, Game of Trawls est l’acronyme de Giving Artificial, Monitoring intElligence tO Fishing Trawls (Donner une intelligence artificielle à l’observation des chaluts de pêche). Partant du constat qu’actuellement la sélectivité des chaluts est principalement passive, à savoir que la fuite des espèces non-désirées dépend des poissons eux-mêmes et de leur volonté de s’échapper du chalut, l’objectif du projet est de passer à une sélectivité active, c’est-à-dire que c’est le pêcheur qui prendra la décision de conserver ou non dans son chalut les poissons capturés en actionnant un dispositif d’échappement. Pour cela, il s’appuiera sur une série de capteurs qui l’informeront en temps réel des espèces capturées, de l’abondance et de la taille de ces captures et de l’impact de l’engin de pêche sur l’environnement marin. Game of Trawls ambitionne donc de concevoir ces nouveaux outils de sélectivité active. Des outils qui restent à définir mais qui s’appuieront sur l’intelligence artificielle, l’imagerie sous-marine, l’acoustique et de puissants logiciels d’analyse.

Ce projet particulièrement innovant doit s’étendre sur trois années, jusqu’en décembre 2021. Les premiers essais sur des bateaux de pêche n’auront pas lieu avant juin 2020. Le coût total du projet est d’environ 1,5 million d’euros, financé par l’Union européenne, l’Etat français et France Filière Pêche.

Pilote du programme, Ifremer a déjà mené des projets sur la sélectivité et a également étudié le comportement de différentes espèces face aux engins de pêche. Dans ce projet, Ifremer aura pour objectif de développer des dispositifs sélectifs actifs et pourra s’appuyer sur son bassin d’essais de Lorient pour y parvenir. Partenaire académique, l’UBS est impliqué dans ce projet dans les aspects informatiques, intelligence artificielle, mathématiques et conception des matériaux. Partenaire industriel, Marport France travaillera sur la recherche et développement d’instrumentation de mesures environnementales, de géométrie et d’imagerie acoustique. Enfin le CDPMEM 56, partenaire professionnel, apportera son expertise sur la transférabilité des capteurs conçus à de vrais chaluts en action de pêche.

Le projet Game of Trawls propose donc une nouvelle approche de la sélectivité donnant l’initiative au pêcheur. Son ambition à terme est de réduire significativement les captures accidentelles et non-désirées, et d’ainsi mieux protéger les écosystèmes marins. Il permettra aussi aux pêcheurs professionnels d’agir encore plus activement en faveur d’une pêche durable et responsable.

TOP