Quotas 2019 : des résultats plutôt satisfaisants pour les pêcheurs morbihannais

jeudi, 20 décembre 2018

« C’est globalement un très bon conseil des ministres ». C’est en ces termes qu’Olivier Le Nézet, président du Comité Régional des Pêches Maritimes de Bretagne et du Comité Départemental des Pêches maritimes du Morbihan, a commenté les résultats des négociations sur les quotas 2019. Négociations qui se sont achevées dans la nuit du mardi 18 au mercredi 19 décembre entre les ministres en charge de la Pêche des 28 pays membres de l’Union européenne.

En effet, concernant le Golfe de Gascogne, huit espèces voient leurs quotas augmenter (Eglefin, Merlu, Sole, Chinchard, Raie, Raie brunette, Cardine et Langoustine) et 5 espèces leurs quotas rester stables (Anchois, Merlan, Plie, Lieu jaune, Lieu noir). Par contre, les quotas de cabillaud, de baudroie, de lingue et de maquereau sont revus à la baisse.

A en croire Didier Guillaume, le ministre français de l’Agriculture et de la Pêche : « Pour toutes les pêcheries, nous sommes en progression par rapport à ce que proposait la Commission européenne. Nous avons défendu la préservation et la viabilité économique et sociale de toute la filière ». Et Olivier Le Nézet d’ajouter : « Depuis l’introduction en 2013 du rendement maximum durable, la biomasse dans l’Atlantique nord-est a progressé de 40%. La gestion collective de la ressource porte ses fruits ».

L’enjeu de ces négociations annuelles concernait aussi l’obligation de débarquement qui rentre pleinement en vigueur le 1er janvier. Il fallait donc obtenir une hausse des TAC permettant d’intégrer ces rejets. D’où la prudence de Jacques Pichon, le directeur de l’armement La Houle : « Ces TAC intégrant les rejets, il va falloir distinguer de ces volumes globaux la part qui va pouvoir être réellement pêchée et transformée en chiffre d’affaires pour les bateaux ».

Reste que, globalement, ces quotas 2019 sont nettement plus satisfaisants pour les pêcheurs du Morbihan que les quotas qu’ils avaient connus en 2018.

 

Pour connaître les quotas 2019 sur les principales espèces du Golfe de Gascogne, cliquer sur ce lien

TOP