Du changement à la tête du port de Keroman

lundi, 29 janvier 2018

Après 25 ans à la tête du port de pêche de Lorient, Maurice Benoish quittera ses fonctions le 1er février, au terme d’une vie professionnelle entièrement dédiée à la pêche. Diplômé de l’école des pêches d’Etel, il devient mousse à 16 ans sur un chalutier lorientais, le Simoun. Puis à 23 ans -nous sommes alors en 1964- il prend le commandement du Marthe, un chalutier de 48 mètres de l’armement Lucas. Cinq ans plus tard, le voilà capitaine d’armement à Abidjan, avec 18 navires de pêche sous ses ordres. Mais Maurice Benoish veut être son propre patron, et il aime innover. En

Maurice Benoish (à droite) en compagnie du président Macron lors de sa venue à Lorient le 1er juin dernier

1974, il revient à Lorient et fait construire La Nymphe, premier navire de la flottille lorientaise dont les chaluts se trouvent à l’arrière.

Après plus de 20 ans à traquer le poisson en mer, Maurice Benoish choisit de continuer à s’occuper de la pêche professionnelle, mais à terre. En 1981, il est élu président de l’organisation de producteurs Proma, puis quelques années plus tard de la Coopération maritime. En 1993, le port de Lorient change de concessionnaire ; la Chambre de Commerce cède la place à la Société d’Economie Mixte (SEM) Lorient-Keroman. Maurice Benoish en est élu président, poste qu’il conservera donc jusqu’à aujourd’hui, hormis un bref intermède de 1996 à 2000. Sous son impulsion, le port de pêche de Lorient -mais aussi l’aire de réparation navale et toute la zone relevant du domaine public maritime alentours- vont se développer et se moderniser. Aujourd’hui, Keroman est le premier port de pêche français en valeur, le deuxième en volume, le premier port français pour la langoustine fraîche. Un port auquel personne ne croyait il y a 20 ans, mais qui s’est imposé comme LE port de pêche français de référence. Après avoir gravi tous les échelons de la profession, Maurice Benoish pose donc son sac à terre, à 76 ans. Comme il le déclare : « Je n’abandonne pas le port, je ne quitte pas le navire, je passe simplement le relais. Je pars avec une grande confiance dans la capacité du port de Lorient à continuer à aller de l’avant et à se moderniser. La clé de la réussite pour le port de Lorient est de savoir anticiper, se diversifier et travailler ensemble ».

Des défis qu’il appartiendra désormais à Jean-Paul Solaro de relever. Agé de 66 ans, adjoint au maire de Lorient en charge des finances, c’est lui qui a été élu le 24 janvier pour succéder à Maurice Benoish. Membre du conseil d’administration de la SEM depuis 2008, l’intéressé souligne que « il n’y a pas de révolution à faire, mais qu’il faut toujours penser aux étapes d’après. Keroman est le cœur névralgique de toute une filière. Le port ne peut vivre que si on assure la rentabilité de ses diverses activités. Beaucoup d’investissements sont nécessaires et doivent être faits par la puissance publique au profit de tous ». Lors des vœux de la SEM, Jean-Paul Solaro a également qualifié les pêcheurs de « héros ».

Pour sa part, Olivier Le Nézet, président du CDPMEM56, « salue tout le travail accompli pour le développement du port, collectivement mais sous l’impulsion de Maurice Benoish. Il a toujours œuvré dans l’intérêt de tous. Je félicite Jean-Paul Solaro pour son élection et lui souhaite la bienvenue à la barre de Keroman. Je serai toujours à sa disposition pour l’aider dans sa mission. J’espère que, sous son mandat, le CDPMEM56 pourra rejoindre le conseil d’administration de la SEM. Il est logique et légitime que le seul organisme élu et paritaire représentant l’ensemble des pêcheurs professionnels du département soit en effet représenté à la direction du port de pêche ».

TOP