Le CDPMEM56 sera toujours extrêmement ferme contre la pêche illégale

mercredi, 22 novembre 2017

Lundi 20 novembre, le Tribunal de Grande Instance  de Vannes a condamné dix pêcheurs à pied professionnels pour avoir pêché des palourdes dans des conditions contraires à la réglementation. Les peines s’échelonnent de 1000 à 5000 euros ; du matériel a été confisqué ; un des prévenus a même été condamné à une peine de prison avec sursis.

Dans cette affaire, le Comité Départemental des Pêches Maritimes du Morbihan s’est constitué partie civile. Ce n’était pas la première fois, et comme le souligne Olivier Le Nézet, président du CDPMEM56 : « Nous le ferons systématiquement, à chaque procès pour pêche illégale. Le rôle d’un Comité des Pêches n’est pas de défendre les professionnels par principe, mais de défendre ceux qui respectent les bonnes pratiques, certainement pas les braconniers ».

En effet, certains ont pu être surpris que, dans ce procès, le CDPMEM56 se constitue partie civile contre certains de ses adhérents. Un Comité des Pêches n’est pas un organisme corporatiste, mais la structure représentant l’ensemble des pêcheurs professionnels, chefs d’entreprises comme membres d’équipage. Il défend donc au quotidien, et avec énergie, les intérêts des pêcheurs professionnels, mais il défend aussi la bonne gestion de la ressource et une pêche durable et responsable. C’est l’intérêt bien compris de la profession à long terme.  Si le CDPMEM56 défendait ceux qui ne respectent pas les règles applicables à tous, alors il perdrait toute crédibilité pour aider les pêcheurs respectueux des lois, face aux Pouvoirs publics et à l’opinion.

A souligner que les sommes perçues par le Comité Départemental des Pêches Maritimes du Morbihan suite à ce procès seront intégralement réinvesties dans des mesures de gestion en faveur des gisements de palourdes, et notamment dans des opérations de réensemencement, afin que les pêcheurs à pied respectueux de la réglementation ne fassent pas les frais de ceux qui ont pêché illégalement.

TOP