Esturgeon : que faire en cas de capture

lundi, 23 octobre 2017

La capture accidentelle d’un esturgeon par un chalutier lorientais, il y a une dizaine de jours au large de Belle-Île, a montré que la réglementation et la conduite à tenir dans un tel cas étaient mal connues. La vigilance de chacun est cependant nécessaire, tant pour éviter d’enfreindre la réglementation que pour agir positivement en faveur de la sauvegarde de ce poisson. Les captures d’esturgeons étant très rares, voici un rappel de la réglementation et des gestes à adopter :

L’esturgeon européen est un poisson menacé d’extinction. Sa capture, son transport et sa vente sont strictement interdits. Un programme de restauration de l’espèce dans les eaux françaises et européennes est en cours ; les pêcheurs professionnels sont appelés à y participer.

En cas de capture accidentelle, notez la date et le lieu exact (points GPS) de la capture ; mesurez et pesez le poisson. Si possible, prenez-le en photo avec votre smartphone ; puis relâcher le à l’eau. De retour à terre, transmettez toutes ces informations au Comité Départemental des Pêches Maritimes qui fera suivre les informations à qui de droit.

Si l’esturgeon porte une marque, il faut la laisser en place mais noter son numéro. S’il porte une balise, détachez-la et expédiez la à l’adresse indiquée. Donnez ensuite l’information au Comité des Pêches. Dans tous les cas, même si l’esturgeon est mort, il faut le remettre à l’eau. S’il semble « groggy », sachez que c’est un animal très résistant et qu’il peut donc vite récupérer une fois remis à l’eau.

Si par un mauvais concours de circonstances vous rameniez un esturgeon au port, là encore la règle impérative est de le remettre à l’eau.

En respectant ces règles, les pêcheurs professionnels contribueront au programme de restauration de l’esturgeon dans les eaux françaises et européennes. Ils prouveront ainsi qu’ils sont les acteurs de la défense de l’environnement maritime et d’une pêche durable et responsable.

Vous pouvez télécharger une plaquette d’information sur la sauvegarde de l’esturgeon en cliquant sur ce lien.

TOP