Premiers entretiens entre Stéphane Travert et les représentants de la pêche professionnelle bretonne

vendredi, 22 septembre 2017

A l’occasion des Assises de la Pêche et des produits de la Mer, organisées jeudi 21 et vendredi 22 septembre à Quimper, Olivier Le Nézet a rencontré Stéphane Travert, le ministre de l’Agriculture, également en charge de la Pêche.

Le Président du Comité Régional des Pêches Maritimes de Bretagne et du Comité Départemental des Pêches Maritimes du Morbihan a présenté au nouveau ministre les dossiers les plus importants pour la filière. Parmi ceux-ci : le renouvellement de la flotte, la formation et le renouvellement des hommes, les prochaines négociations sur les TAC et quotas, la nécessité d’améliorer la sécurité à bord des navires, les difficultés de mise en œuvre du FEAMP. Autres sujets d’importance : le Brexit et, dans un tout autre registre, les moyens à allouer aux Comités des Pêches pour assurer le nombre croissant de leurs missions. Toutes les questions liées à la gestion de la ressource -bar, raie brunette, sole, qualité de l’eau…- ont également été abordées.

Ancien vice-président de la région Basse-Normandie chargé de la pêche, Stéphane Travert n’est pas novice sur ces différents sujets. Cela constitue évidemment un bon point de départ. Il a déclaré « vouloir faire avancer positivement les dossiers évoqués ». Selon lui, l’Union Européenne commence à être un peu plus favorable aux possibilités de faire construire des bateaux neufs. Le nouveau ministre entend faire de l’attractivité du métier, de la sécurité en mer et de la compétitivité des entreprises de pêche, « sa priorité ». Stéphane Travert sera évidemment extrêmement occupé par les dossiers relatifs à l’agriculture. Néanmoins il a assuré que « La pêche ne sera pas la variable d’ajustement horaire de ma fonction ». Traduisez : il entend aussi consacrer du temps aux dossiers maritimes. Concernant le Brexit, le ministre de l’Agriculture a souligné que rien n’avait encore été décidé et que les négociations avec Londres ne faisaient que commencer. « En tout état de cause, la pêche ne sera pas la variable d’ajustement du Brexit », a insisté Stéphane Travert.

Il est important de rappeler que Stéphane Travert n’est pas seul compétent sur les dossiers concernant la pêche professionnelle. Ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot supervise toutes les questions relatives à la gestion du milieu maritime et à son environnement.

En fin d’entretien, Olivier Le Nézet a souligné que « Tout devait être fait pour que les bateaux de pêche français ne soient pas rachetés -avec leurs quotas- par des armements étrangers ». Les prochains mois permettront de voir si le gouvernement est effectivement déterminé à défendre les intérêts de la pêche française.

TOP