Comité Départemental des Pêches Maritimes et des Elevages Marins du Morbihan

Olivier Le Nezet réclame la création d’un schéma national de développement de la pêche

mardi, 01 juillet 2014

A l’occasion de la visite de Frédéric Cuvillier à Lorient,

 

Olivier Le Nezet réclame l’instauration d’un schéma national de développement de la pêche

 

 

Lors de sa venue à Lorient pour les Assises de la pêche, Frédéric Cuvillier, secrétaire d’Etat aux Transports, à la Mer et à la Pêche, a rencontré plusieurs pêcheurs morbihannais, notamment des pêcheurs à pied ainsi que des jeunes qui souhaitent acquérir un bateau. Tous lui ont fait part de leur passion pour le métier, mais aussi de leur difficulté à s’installer comme chef d’entreprise vus le prix des bateaux et les lourdeurs administratives à l’installation.

 

A cette occasion, Olivier Le Nezet, président du Comité Départemental des Pêches Maritimes du Morbihan et du Comité Régional des Pêches de Bretagne, a réclamé l’instauration d’un schéma national de développement de la pêche. François Hollande en avait d’ailleurs évoqué la possibilité lors du dernier Salon de l’agriculture. Un tel schéma national contribuerait à dynamiser la filière pêche. Il favoriserait notamment le renouvellement des flottilles et la formation des futurs pêcheurs. Deux priorités pour les Comités des pêches bretons. Comme l’a souligné Olivier Le Nezet : « Aujourd’hui la priorité pour la pêche est le renouvellement des hommes et la modernisation des bateaux. Pour devenir patron de pêche, il faut être très bien formé, mais aussi disposer de bateaux récents, performants, sûrs, économes et en cohérence avec les exigences européennes d’une pêche durable et responsable ». Ce schéma national de développement de la pêche permettrait aussi la mise en place d’un fond d’investissement pour aider les jeunes à acquérir un bateau, alors qu’aujourd’hui les prix des navires sont très élevés et les banques souvent trop exigeantes.

Par ailleurs, Olivier Le Nezet a plaidé pour une simplification des procédures administratives qui imposent aujourd’hui aux pêcheurs de consacrer de nombreuses heures à remplir des documents. Le président du CDPMEM56 a aussi réclamé une « pause environnementale ». Comme il l’a déclaré : « Les pêcheurs professionnels sont favorables à une écologie constructive, non pas punitive, une écologie qui protège vraiment le milieu marin. Aujourd’hui, les lois environnementales sont trop nombreuses. Certaines mesures ne sont pas encore appliquées qu’on leur annonce déjà un complément ». Il a également souhaité que soit davantage reconnu par les pouvoirs publics l’important travail des Comités de pêche en matière d’environnement et de gestion des ressources halieutiques.

Enfin, Olivier Le Nezet a réclamé à Frédéric Cuvillier deux autres mesures en faveur de la pêche professionnelle : des moyens renforcés pour les médecins des gens de mer, qui ne sont pas assez nombreux et ont des missions de plus en plus complexes. Et enfin une grande campagne de communication pour valoriser l’image des pêcheurs et de la filière auprès du grand public, cela alors que certaines Ong environnementalistes diffusent des messages mensongers contre la profession. « La pêche est essentielle à l’économie d’un territoire. Lorsqu’un bateau disparait, c’est toute une région qui est touchée. Le développement économique des territoires se fera de plus en plus en mer », a conclu Olivier Le Nezet.

TOP