Comité Départemental des Pêches Maritimes et des Elevages Marins du Morbihan

Feu vert au réensemencement en Petite Mer de Gâvres et dans le Golfe du Morbihan

lundi, 12 mai 2014

Présidée par le préfet de la région Bretagne, la Commission régionale de la Pêche maritime et de l’Aquaculture marine (COREPAM) a approuvé le plan de relance de la pêche à pied défendu par le Comité Départemental des Pêches Maritimes et des Elevages Marins du Morbihan. Plan de relance qui prévoit notamment le réensemencement en coques de la Petite Mer de Gâvres et en palourdes du gisement de Truscat (dans le Golfe du Morbihan). L’objectif de ces semis est de redynamiser DSC_9834 [1024x768bis]deux des principaux gisements classés de pêche à pied du département –aujourd’hui sinistrés- dans une logique de gestion durable et responsable de la ressource.

 

En Petite Mer de Gâvres, les études menées conjointement par le CDPMEM56 et l’IFREMER, avec le soutien des pêcheurs à pied, ont permis d’identifier deux zones favorables à la pousse des coques, représentant une surface totale de 6000 m², soit 3% à peine de la Petite Mer de Gâvres. Le semi se fera à raison de 3 à 4 kilos de coques par m², soit un total de 20 tonnes de coques à semer. Les naissains proviennent du gisement de Pénestin dans le bassin de la Vilaine. Les deux zones seront balisées et fermées à la pêche –aussi bien pour les professionnels que pour les plaisanciers- les deux prochaines années.

Pour respecter la saison idéale, le réensemencement se fera au mois d’octobre 2014. Les semis seront suivis tous les deux mois pendant un an (taux de survie, taux de croissance…) par le CDPMEM56 accompagné d’un pêcheur professionnel. Si les résultats sont satisfaisants, l’expérimentation pourrait être élargie à de nouvelles zones.

 

Trois zones particulièrement favorables aux semis de palourdes ont été identifiées sur le banc de Truscat suite aux études du CDPMEM56 et de l’Université de Bretagne-Sud (UBS). Les naissains proviendront d’écloseries et feront au moins 10 mm afin de limiter les risques de prédation par les crabes. Deux millions de palourdes seront réensemencées, soit environ 500 kg. Les trois zones concernées seront fermées à la pêche au moins jusqu’en octobre 2015, voire les trois prochaines années.

Ce réensemencement commencera à la fin du mois de mai, avant que l’eau commence à se réchauffer. Les semis seront suivis régulièrement par le CDPMEM56 et l’UBS. De nouvelles zones pourraient être définies si les résultats sont satisfaisants.

 

En Petite Mer de Gâvres comme sur le banc de Truscat, il est important de souligner que :

  • L’objectif du Comité Départemental des Pêches Maritimes du Morbihan est de mettre en place des mesures de gestion adaptées à l’état des stocks dans une logique de pêche durable et responsable.
  • Ce réensemencement sera réalisé dans le respect du développement durable, tant sur le plan économique, social qu’environnemental.
  • Ce réensemencement apparaît aujourd’hui comme une solution pour répondre à la très faible abondance de coques et palourdes encore constatée lors des prospections menées par le CDPMEM56 en mars dernier en Petite Mer de Gâvres et dans le Golfe du Morbihan. Les professionnels avaient pourtant pris l’initiative de limiter leur effort de pêche dès les premiers signes de diminution de la ressource. L’un des points les plus inquiétants confirmés lors des dernières prospections est d’ailleurs l’absence de juvéniles depuis quelques années.
  • Ce projet de réensemencement se fait depuis le début en concertation avec l’ensemble des pêcheurs du Morbihan, les services de l’Etat, la région Bretagne et le Conseil Général du Morbihan. Olivier Le Nezet, président du CDPMEM56, a rencontré les maires concernés pour leur expliquer les intérêts d’un projet bénéfique pour tous, plaisanciers comme professionnels
  • Ce réensemencement se fait également avec l’approbation scientifique de l’IFREMER et de l’Université de Bretagne-Sud.
  • Le coût total de ce projet est de 96.500 euros, cofinancés par l’Union européenne, l’Etat, la région Bretagne, le Conseil Général du Morbihan et le Comité Départemental des Pêches Maritimes et des Elevages Marins du Morbihan
TOP